Vous êtes ici

Partager sur

Un nouveau règlement pour contrer le travail « au noir »

16 Octobre 2019

Vous ne savez peut-être pas que l’Union reçoit régulièrement des plaintes concernant les offres d’embauche sans contrat UDA qui circulent sur le Web. Les membres s’indignent particulièrement du fait que ces offres soient relayées, publiées ou affichées par… des collègues qui sont aussi membres de l’UDA. Qu’un artiste accepte un travail hors juridiction est une chose; qu’il encourage les productions non syndiquées en relayant ces annonces à ses collègues en est une autre! C’est donc pour contrer cette tendance que, le 19 septembre dernier, le conseil d’administration a adopté un nouvel article qui sera ajouté au chapitre consacré à l’éthique professionnelle (section 6) dans les Règlements généraux de l’UDA.

Tout comme vous, l’UDA constate la prolifération d’annonces, publiées ou « partagées » sur les réseaux sociaux et différentes plateformes Web, dont l’objectif est de recruter des artistes pour du travail non-Union ou hors Union. Des producteurs affichent, sans gêne, des offres d’embauche sans contrat syndical dans des secteurs d’activité qui, selon la loi, relèvent de la compétence de l’Union des artistes. Les productions hors juridiction constituent un problème majeur pour l’UDA et ses membres. Même si, à première vue, elles semblent offrir un tarif similaire à celui des ententes collectives concernées, dans tous les cas, les membres doivent renoncer à la protection syndicale et à tous leurs avantages sociaux lorsqu’ils acceptent de telles offres d’emploi.

Depuis plusieurs années déjà, l’UDA, consciente du désir légitime des artistes de vivre de leur art, a changé son discours et son approche à l’égard des membres qui acceptent du travail sans contrat syndical. Plutôt que de les blâmer, elle les a invités à lui transmettre des informations sur ces productions. Grâce à ces informations, l’Union a été en mesure d’identifier plusieurs producteurs fautifs et elle a pu les inviter à régulariser leur situation. Par contre, votre syndicat voit d’un tout autre œil les membres UDA qui recrutent ou sollicitent leurs collègues pour du travail hors juridiction; certains d’entre eux ont dû être rappelés à l’ordre au cours des dernières années.

Vous ne savez peut-être pas que l’Union reçoit régulièrement des plaintes concernant les offres d’embauche sans contrat UDA qui circulent sur le Web. Les membres s’indignent particulièrement du fait que ces offres soient relayées, publiées ou affichées par… des collègues qui sont aussi membres de l’UDA. Qu’un artiste accepte un travail hors juridiction est une chose; qu’il encourage les productions non syndiquées en relayant ces annonces à ses collègues en est une autre!

C’est donc pour contrer cette tendance que, le 19 septembre dernier, le conseil d’administration a adopté un nouvel article qui sera ajouté au chapitre consacré à l’éthique professionnelle (section 6) dans les Règlements généraux de l’UDA.

Nous réitérons notre volonté que les membres développent le réflexe de transmettre à l’UDA, et non à leurs collègues, les offres de travail hors Union qu’ils reçoivent ou qu’ils voient défiler sur leur écran. Si chacun de nous collabore à contrer le travail hors Union, cela profite à l’ensemble de notre milieu artistique, parce que ce NOUS est synonyme de force, ainsi que de conditions de travail et de rémunération décentes.

Nouvel article à la section 6 – Éthique professionnelle


21. Conditions particulières liées au statut de membre de l’UDA

21.8    Les membres ne sollicitent ou ne recrutent jamais d’artistes pour des productions qui ne sont pas en règle avec l’UDA. Par conséquent, ils s’abstiennent de publier, d’annoncer ou de relayer toute information relative à l’embauche d’artistes pour de telles productions, et ce, sur quelque plateforme de communication que ce soit.

Enfin, nous rappelons que vous pouvez composer le 1-800-832-6647 pour dénoncer tout contrat non UDA, numéro qui est valide partout en Amérique du Nord. Sachez que l'UDA fait tout ce qui est en son pouvoir pour préserver l'identité des artistes lorsqu’elle fait un suivi en cette matière.


Natalie Lamarche,
Secrétaire générale de l'UDA