Vous êtes ici

Partager sur

Section régionale de Québec : de chevalier à vice-président

18 Avril 2019

Chères et chers membres de la section régionale de Québec, le temps des remerciements est venu. Un premier merci quelque peu aigre-doux aux Canadiens de Montréal qui, en ne se qualifiant pas pour les séries éliminatoires, me permettent au moins de plonger avec un dévouement et une attention sans faille dans mon nouveau rôle de vice-président Québec. Suivi d'un immense merci à vous, qui vous êtes intéressés aux dernières élections. Vous avez été 354 à exercer votre droit de vote. Merci pour vos appuis à Gaith Boucher, Marie-Ève Campeau, Annabelle Pelletier-Legros ou moi. Chaque vote, peu importe pour quel candidat, est un appui à l’idée d’engagement qui nous habite, chaque vote est un « vas-y, ne lâche surtout pas, continue de t'impliquer ». Et ça fait chaud au cœur de savoir que vous êtes là, derrière nous. Un merci tout spécial à Gaith Boucher qui s’est lancé dans l’aventure, mais qui n’a pas été élu. Je salue ta passion envers l’Union, ton implication et ton envie de rassembler tes collègues chanteurs. Nous avons besoin de gens comme toi.

Comme je le disais dans ma lettre de candidature, l’Union, c’est nous. Elle sera donc aussi engagée, aussi forte, aussi concernée que nous le serons nous-mêmes. C’est un objectif que je me donne. Vous faire sentir concernés, vous intéresser (vous ré-intéresser peut-être) aux affaires de l’Union, à vos affaires. Je sors du placard, j’adore l’Union! À mes tout premiers débuts comme acteur il y a 11 ans, mes amis me surnommaient le chevalier de l’UDA. C’est vrai que je m’y reconnais, je m’y sens bien. J’espère donc, non pas vous la faire adorer comme moi, mais au moins vous la faire apprécier. J’espère vous la rendre sympathique et chaleureuse, comme je tenterai de l'être avec vous.

Un dernier merci tout spécial s’impose. Le genre de merci qui est sans limites, qui rend les yeux humides, le genre de merci qu’on exprime avec une main sur le cœur. Merci Jack Robitaille. Accompagné d’un merci, très petit celui-là, aux Blackhawks de Chicago qui, en ne faisant pas les séries non plus, donnent au moins à Jack toute l’attention nécessaire pour lire cet hommage. Jack, je n’aime pas dire que je prends ta place et encore moins que je te remplace, car c’est impossible à faire, te remplacer. J’aime à dire que je prends ta relève, que je reprends le flambeau. J’ai grandi, artistiquement parlant, sous ta gouverne. Mon intérêt pour les affaires de l’Union, je te le dois. Mes premières pièces de théâtre pas trop payées, mais tellement stimulantes, qui permettent de prendre parole, de crier notre ferveur artistique et de s’imposer dans l’univers théâtral et culturel, je te les dois. Je les dois à ta fougue de permettre aux artistes de créer et d’être accompagnés par l’Union, peu importe leurs moyens. Sans toi, je ne serais certainement pas ici, à l’Union. Sans toi, je ne serais peut-être plus acteur. Et là-dessus, ma situation n'est pas exceptionnelle, elle est celle de dizaines et de dizaines d'actrices et d'acteurs partout au Québec. Merci pour ton dévouement. Tu as donné (et tu donnes encore) sans compter, jamais. Merci pour les conseils, les histoires (et les versions non censurées) ainsi que pour le service après-vente. Jack, merci.

Pour terminer, sachez que ma porte sera toujours ouverte pour vous, mon téléphone toujours branché ou au pire ma boîte vocale toujours prête à vous recevoir. Pour quoi que ce soit. Pour les choses importantes comme pour les plus futiles. Pour parler d’art ou de travail, de nourriture pour l’âme ou de facture d’épicerie à payer.

Au plaisir de vous serrer la main ou de vous prendre dans mes bras pour les plus intimes.

Cordialement,

Jean-Michel Girouard
Vice-président – Québec
© Vincent Champoux


Pour consulter toutes les nouvelles de Québec