Vous êtes ici

Partager sur

Renée Claude : une voix, une interprète s’éteint…

22 Mai 2020

C’est avec une immense tristesse que l’Union des artistes a appris la mort de Renée Claude, décédée le 12 mai dernier, à 80 ans. L’UDA offre ses plus sincères condoléances à son conjoint, sa famille, ses amis ainsi qu’à sa grande famille artistique qui l’a côtoyée à un moment ou à un autre de sa carrière prolifique qui s’est échelonnée sur quelque 60 années.

Née en 1939, à Montréal, Renée Claude étudie le piano à l'École Vincent-d'Indy et suit des cours de chant avec Alphonse Ledoux, encouragée par sa mère, une amoureuse des arts. En 1955, à 16 ans, elle gagne le premier prix à l'émission Les découvertes de Billy Munro à la station CKVL. Renée Claude a su très jeune qu’elle voulait consacrer sa vie à la chanson. D’ailleurs, à La Presse, le frère de Renée Claude, Michel, a déclaré que “ Renée n’avait qu’une seule ambition dans la vie, trouver de bonnes chansons.”

Renée Claude, qui a enregistré quelque  225 chansons au cours de sa carrière, est reconnue comme l’une des rares interprètes à avoir su faire la transition entre la chanson à texte et la pop. Celle qui a d’abord chanté dans les boîtes à chansons les grands de la chanson française, comme Léo Ferré, Georges Brassens et Jacques Brel, auxquels elle reviendra régulièrement au cours de sa carrière à l’occasion de spectacles ou d’albums hommages, aura permis à la chanson québécoise de s’affirmer.

Elle chante notamment les textes de Jean-Pierre Ferland, de Clémence Desrochers, de Gilles Vigneault, de Michel Conte, puis de Stéphane Venne et de Luc Plamondon, devenus de fidèles collaborateurs, et d’autres jeunes auteurs, comme Sylvain Lelièvre. S’enchaînent les succès : C'est notre fête aujourd'hui, La Rue de la Montagne, Tu trouveras la paix, Le Début d'un temps nouveau, Viens faire un tour, pour ne nommer que celles-ci.

En 1967, elle se produit à Expo 67 et fait la première partie de la tournée d’adieu de Jacques Brel au Québec. Puis elle chante au Tonight Show de Johnny Carson, elle représente la Société Radio-Canada au Festival d'Athènes, en Grèce, puis chante à l'exposition universelle d'Osaka au Japon, au Théâtre des variétés de Moscou, en Russie (alors l’URSS) et dans plusieurs villes du pays, pour des tournées en 1971 et 1972. Enfin, en 1975, elle fera partie du mémorable spectacle de la fête nationale du Québec sur le Mont Royal et elle collaborera la même année à l’album Neiges, du compositeur André Gagnon. Elle se produira également à la Place des Arts, avec l’Orchestre symphonique de Montréal.

Dans les années 1990, Renée Claude ajoute un autre volet à sa carrière et joue au théâtre et à la télévision. Elle joue dans l'opéra Nelligan, sous la direction d’André Brassard (livret de Michel Tremblay et musique d’André Gagnon), dans la pièce Tu faisais comme un appel de Marthe Mercure et dans Marcel poursuivi par les chiens de Michel Tremblay, sous la direction encore une fois de Brassard.

À la télévision, on la voit entre autres dans la série de Janette Bertrand, L'Amour avec un grand A et dans le téléroman Triplex de Christian Fournier (1994-1995). Elle fait une incursion au cinéma dans le film de Denise Filiatrault, C't'à ton tour, Laura Cadieux (1997) et Station nord du réalisateur Jean-Claude Lord (2002).

Parallèlement à son travail de comédienne, Renée Claude réalise un autre projet : un spectacle hommage à Léo Ferré (1993), qu’elle présente dans plusieurs salles au Québec entre 1993 et 1996, et en France, en Suisse et en Italie.Dans la foulée du spectacle, elle lance, en 1994, un coffret intitulé On a marché sur l'amour : Renée Claude chante Léo Ferré qui est récompensé en 1996 du Grand Prix de l’Académie Charles-Cros.

Renée Claude revient à la chanson en 2006, avec un double album intitulé Entre la Terre et le soleil - Renée Claude chante Luc Plamondon, coffret réunissant les chansons écrites pour elle entre 1971 et 2006, dont une nouvelle chanson, Ballade pour mes vieux jours, sur une musique d’André Gagnon.

Parmi les nombreux prix reçus, mentionnons le prix hommage Québecor en 2008, alors qu’elle est nommée membre de l’Ordre du Canada en 2009.