Vous êtes ici

Partager sur

Pourquoi l'argent du public financerait-il des producteurs non respectueux des ententes collectives des artistes?

1 Juin 2013
Raymond Legault
Juin 2013


C’est l’une des questions que nous avons posée au ministre de la Culture et des Communications, Maka Kotto, dans une lettre datée du 18 mai, nous étant l’UDA et quatre autres syndicats du milieu culturel. C’est aussi l’une des questions au coeur des représentations que nous faisons depuis trois ans déjà auprès du gouvernement du Québec et d’autres partis politiques, ainsi qu’auprès du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) et de la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC).
 
Soulignons que la FTQ a aidé l’UDA et la Guilde des musiciens et musiciennes du Québec (GMMQ) dans leurs démarches faites auprès de Christine St-Pierre, alors ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, dans le gouvernement Charest. Nos revendications sont restées lettre morte. C’est pourquoi les cinq syndicats ont décidé de se mobiliser pour demander au gouvernement actuel de se pencher sur ce problème des producteurs qui, au final, ne respectent tout simplement pas la loi sur le statut de l’artiste et la reconnaissance de la juridiction de l’UDA.
 
Nous tenons à rappeler que, lors de la dernière campagne électorale, Mme Pauline Marois s’était engagée à ce que son ministre de la Culture et des Communications agisse avec diligence. La réponse de Maka Kotto se fait attendre…depuis cinq mois…



Pour consulter tous les mots de la présidence