Vous êtes ici

Partager sur

Nos assurances collectives vont bien... Pour l'instant.

1 Juin 2015

Gilles Payer
Juin 2015


Comme vous le savez, les membres (et les employés) de l’Union des artistes sont couverts par un régime d’assurance dont les protections sont à géométrie variable. Plus vos gains moyens sont élevés, plus grande est votre couverture. Pratiquement tout le monde est couvert à des degrés divers allant d’une assurance vie de base minimale jusqu’aux soins dentaires.

Je vous invite à vous familiariser avec l’ensemble de notre régime (et pas seulement votre protection actuelle) en visitant le site Web de l’UDA, dans la section Avantages sociaux, puis en cliquant sur Programme d’assurance afin d’en saisir toute la mesure et d’évaluer comment il peut vous en offrir davantage.

Cela dit.

Rappelons que notre régime est financé par les contributions des producteurs envoyées directement à la Caisse de la sécurité des artistes (CSA). Ainsi, plus il y a de gens qui remplissent des contrats d’engagement UDA, plus il y a d’argent envoyé à la CSA (et, par conséquent, vous avez une meilleure couverture). Toutefois, avec cette formule, nous ne connaissons jamais d’avance de combien d’argent nous allons disposer pour financer le régime. Petit frisson ici ?

Ça, c’est pour les entrées d’argent. Maintenant, pour les sorties…

C’est aussi très variable pour deux raisons :

  1. On ne peut pas savoir d’avance combien de prestations seront versées en assurance vie, en assurance maladie et en assurance médicaments, etc.
  2. L’assureur module sa tarification en fonction des risques (comme pour les assurances automobiles) ; plus il y a de réclamations, plus les primes augmentent. Un peu de vertige ?

Vous voyez le portrait ? Gérer un programme collectif d’assurance relève du funambulisme. Mais ne vous affolez pas, il y a un filet.

La fabuleuse complexité d’un régime d’assurance (explication simplifiée, je vous le jure).

Chaque année, la CSA prend connaissance des activités de l’année précédente ; cela s’appelle « l’expérience ». Nous voyons combien de dépenses ont été effectuées pour chaque protection. L’assureur se base sur l’expérience pour établir sa facturation. Plus il y a de réclamations pour un type de protection, plus le « risque » augmente, plus la tarification spécifique augmente aussi. Et chaque année, nous discutons avec l’assureur du bien-fondé de ces demandes d’augmentation.

Là-dessus, nous devons beaucoup aux services de notre ange gardien, un actuaire qui nous conseille depuis la nuit des temps.

Assurer des artistes…

Depuis que j’assume la fonction de président, j’ai découvert des choses étonnantes sur la nature des artistes en tant qu’assurés. Nous sommes des créatures différentes, statistiques à l’appui. Les artistes consomment moins de médicaments que la moyenne des assurés. Les artistes sont moins souvent malades et le demeurent moins longtemps le cas échéant. Par contre, ils utilisent davantage les services professionnels de psychologie, de massothérapie et d’acupuncture que la moyenne des assurés. Ils meurent moins souvent aussi, aussi étrange que cela puisse paraître.

Et l’avenir ?
(Là où il faut dire les vraies affaires)

Les coûts du régime augmentent quand même, malheureusement. Le portrait à long terme est que nous devrons peut-être revoir le régime et prendre des décisions quant à son financement ou à la valeur des protections offertes, ou aux deux.

D’ici là, VOUS avez un peu le pouvoir de repousser cette échéance en agissant de manière responsable. Par exemple, saviez-vous que le prix des médicaments peut être différent d’un endroit à l’autre, spécialement dans les pharmacies intégrées aux grandes surfaces ? Qu’il peut être avantageux pour VOUS autant que pour notre régime de comparer entre les pharmacies et les fournisseurs de services ? Pensez aussi à demander la disponibilité de la version dite « générique » d’un médicament par opposition à sa version d’origine.

En terminant, ne vous privez pas du service À votre santé 360° de Desjardins. Il vous permet de vous inscrire au dépôt direct, de faire certaines de vos réclamations en ligne et d’avoir accès à une foule de renseignements sur la santé et même de trouver des cliniques médicales.

Je vous souhaite de passer un bel été.


Pour consulter tous les mots de la présidence