Vous êtes ici

Partager sur

Nomination du nouveau ministre du Patrimoine canadien : l’UDA fin prête à travailler avec Steven Guilbeault

21 Novembre 2019

L’Union des artistes est fin prête à travailler en collaboration avec Steven Guilbeault, le nouveau ministre du Patrimoine canadien qui, elle l’espère, saura défendre les enjeux culturels avec la ténacité et l’engagement qu’on lui connaît et dont il a fait preuve dans des dossiers complexes. L’UDA fera un suivi étroit pour s’assurer que le nouveau gouvernement libéral tienne les engagements qu’il a pris lors de la campagne électorale.

L’UDA espère que le nouveau ministre du Patrimoine canadien aura les coudées franches pour mettre en place les mesures qui s’imposent dès le début de son mandat. « L’ampleur des enjeux en culture est telle qu’on ne peut plus se permettre d’attendre, indique Sophie Prégent, présidente de l’UDA. On constate depuis plusieurs années que les revenus de nos membres dégringolent, que les productions ont moins d’argent et que les revenus publicitaires migrent vers le Web. » Pour faire un parallèle avec l’environnement, pour la culture, il y a aussi urgence d’agir!

Rappelons que l’UDA avait demandé, au cours de la campagne électorale, l’imposition d’une redevance culturelle aux GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple), aux plateformes numériques (Netflix, Spotify, etc.) ainsi qu’aux fournisseurs de services de télécommunication (accès Internet, téléphonie mobile, par exemple Bell et Vidéotron, etc.) et qu’une partie des montants prélevés par le gouvernement soit redistribuée dans un fonds afin de financer les créations télévisuelles, cinématographiques ou musicales canadiennes.

En ce qui a trait au doublage, l’UDA souhaite également un engagement formel de Netflix, en vertu de son entente avec le gouvernement fédéral, pour que le contenu original canadien qu'elle produit en anglais soit doublé au Québec.

Autre priorité pour l’Union, la révision de la Loi sur le droit d’auteur, qui doit être parachevée dans les plus brefs délais. « Il faut moderniser le régime de la copie privée entre autres pour que les artistes du milieu de la musique récoltent leur dû, souligne Sophie Prégent. La Loi est obsolète, elle ne reflète pas la façon dont on écoute la musique, et ce, depuis plusieurs années; les supports comme les téléphones intelligents, les tablettes, etc., doivent être soumis au régime de la copie privée comme l’étaient auparavant les cassettes et les CD vierges. »

Enfin, l’UDA demande au nouveau gouvernement de corriger l’iniquité fiscale qui existe actuellement en obligeant Netflix et les autres compagnies du même genre à percevoir la TPS sur les abonnements.