Vous êtes ici

Partager sur

L’UDA perd l’un de ses membres, le comédien Jacques Galipeau

31 Août 2020

C’est avec tristesse que l’Union des artistes a appris le décès de l’un de ses membres, le comédien Jacques Galipeau, décédé à 96 ans, dans la nuit du 30 août. L’UDA offre ses plus sincères condoléances à ses proches et sa famille artistique qui l’a côtoyé tout au long de sa carrière.

Né en 1923, Jacques Galipeau a été marié avec la chanteuse et comédienne Pauline Julien de qui il a eu deux enfants, Nicolas et Pascale, de qui il s’est séparé en 1957. Remarié avec la comédienne Irène Poujol, il a eu deux autres enfants,  Laure et Silvia.

Jacques Galipeau a passé plusieurs années à Paris (1950-1957) pour perfectionner son jeu avant d’entreprendre sa carrière au théâtre et à la télévision ans les années 50. Il s’est fait connaître en jouant dans des émissions populaires de l’époque, telles que  Le Survenant (1957) sa suite, Marie-Didace (1958) où il a repris son rôle d’Octavien Tourangeau, Ti-Jean Caribou (1963), Le paradis terrestre (1968), Les belles histoires des pays d’en haut (1969), où il interprétait Cléophas Destulipes dit « le grand Clophas », Mont Joy  (1970) et La petite patrie (1974), populaire série où il jouait Edmond Germain, le père, aux côtés de Gisèle Schmidt, qui jouait Gertrude, la mère.

D’ailleurs, l’auteur de La petite patrie, Claude Jasmin, a mentionné dans une entrevue  en 2014 que la ressemblance entre Jacques Galipeau et son propre père « était hallucinante », «  ma famille n’en revenait pas. »

Jacques Galipeau a également joué dans une quarantaine de pièces de théâtre, autant les classiques que les contemporains, tels  Anouilh, Brecht, Corneille, Ionesco, Miller, Molière, Musset, Shaffer, Shaw, Shakespeare, Tchékhov, ainsi que auteurs québécois, dont Roch Carrier, soit La Guerre, yes sir! et Il n'y a pas de pays sans grand-père, respectivement au TNM et chez Duceppe, et Médium saignant de Françoise Loranger.

On l’a vu aussi vu dans des téléséries comme Duplessis (1977), Le clan Beaulieu (1978), Lance et Compte – Le crime de Lulu (1991), dans Les grands procès (1993) et dans des téléthéâtres comme Mille francs de récompense et Les trois sœurs en 1963 et Le Temps des Lilas en 1971.   

Enfin, au cinéma, il a joué dans Bingo, de Jean-Claude Lord (1974), et plus récemment dans Liste noire, de Jean-Marc Vallée,  dans lequel il interprétait le juge (1995), dans Emporte-moi de Léa Pool (1999), dans le rôle du grand-père d’Hanna, et dans La turbulence des fluides de Manon Briand (2002).