Vous êtes ici

Partager sur

L’UDA dépose 50 recommandations dans le cadre de la consultation publique sur le renouvellement de la politique culturelle du Québec

6 Juin 2016

Pas de culture sans artiste


L’UDA dépose 50 recommandations dans le cadre de la consultation publique sur le renouvellement de la politique culturelle du Québec


Invitée à partager ses réflexions dans le cadre de la consultation publique sur le renouvellement de la politique culturelle du Québec, l’Union des artistes (UDA) publie aujourd’hui un mémoire ambitieux – comme la politique culturelle devrait l’être – avec 50 recommandations autour de quatre grands piliers :

  1. Soutenir les artistes,
  2. Encourager la création originale d’ici,
  3. Créer des synergies entre les artistes et la société civile,
  4. Améliorer l’accès à la culture,

En introduction à sa présentation, Sophie Prégent, présidente de l’UDA a souligné : « En tant que regroupement d’artistes, nous défendons la place de ce qu’il y a de plus beau dans l’humain. C’est notre apport au monde dans lequel on vit. Il est donc important de ne jamais perdre de vue l’essentiel : il n’y a pas de culture sans artiste ».

L’UDA au travail depuis près de deux ans pour préparer ses propositions

Une réflexion de fond comme celle qui précède le développement d’une politique est un moment privilégié pour prendre du recul, pour partager nos expériences et pour se projeter dix ou même vingt ans en avant. Dans cet état d’esprit, l’UDA a pris l’initiative d’engager le dialogue, non seulement avec ses membres et avec la communauté artistique dans son ensemble, mais aussi avec des représentants de différents secteurs économiques et de la finance ainsi que de différents mouvements sociaux. En parallèle, elle a mené un large sondage, dont les résultats ont été largement diffusés et commentés, voire même repris dans les documents préparatoires de la consultation.

Du rôle de l’artiste et de sa juste rémunération à la création d’une redevance culturelle imposée aux fournisseurs d’accès internet, en passant par la modernisation du cadre législatif et règlementaire qui encadre le travail des créateurs, la place des arts à l’école, la défense de l’exception culturelle québécoise et la présence d’artistes issus de la diversité dans nos productions, l’UDA espère une écoute attentive du Ministre, de son équipe ainsi que du Comité-Conseil désigné pour accompagner le gouvernement dans cette démarche.

Intitulé « Pas de culture sans artiste », le mémoire déposé en mai 2016 au Ministère de la Culture et des communications ainsi qu’une synthèse de ses 50 recommandations sont publiés sur le site web de l’UDA.