Vous êtes ici

Partager sur

La Fédération internationale des acteurs : parler d’une seule voix

16 Décembre 2014

C’est à Paris que se tenait du 26 au 28 septembre dernier la rencontre annuelle du comité exécutif de la Fédération internationale des acteurs. Il s’agissait du premier rendez-vous de Sophie Prégent avec les membres de cette organisation qui regroupe 90 syndicats, guildes ou associations affiliés provenant d’une soixantaine de pays.


Qu’est-ce que la FIA?

Fondée en 1952, la Fédération internationale des acteurs (FIA) représente aujourd’hui par le truchement de ses membres des centaines de milliers d’artistes interprètes. C’est en 1953 que l’Union des artistes a rejoint ses rangs, c’est-à-dire il y plus de 60 ans! Le principal objectif de la FIA est de faire entendre les intérêts professionnels des acteurs, des danseurs, des chanteurs, des artistes de variétés tant au cinéma, qu’à la télévision, à la radio, dans les médias numériques, au théâtre et dans le spectacle vivant.


La FIA travaille sur la scène internationale sur toute question qui pourrait avoir un impact sur la vie professionnelle des artistes qu’elle représente. Elle plaide pour l’amélioration des conditions de travail et le renforcement des droits économiques et sociaux des artistes interprètes, mais fait également campagne pour la reconnaissance de la valeur de la culture dans la société.


La Fédération a plusieurs groupes régionaux et linguistiques qui se rencontrent régulièrement pour discuter de questions d’intérêt commun et entretenir la politique globale de la Fédération. L’Union fait partie du groupe de la FIANA (FIA North America). Les rencontres se tiennent en amont de celles avec le comité exécutif, et l’UDA y présente comme les autres syndicats l’état des lieux de ses activités. Ces rencontres sont, au dire de tous, une source précieuse de renseignements et une occasion d’établir des liens forts avec des organisations soeurs.
 

Le rendez-vous de Paris

Au-delà de la solidarité mondiale, la présence de l’Union au sein de la Fédération se justifie donc largement par les échanges qui y ont cours. Étonnant – ou peut-être pas! – de voir que, au-delà des frontières, les préoccupations et les enjeux sont les mêmes.


Lors des rencontres de septembre, pas moins de 18 pays étaient représentés, dont le Japon, la Russie, le Maroc, l’Argentine, la Hongrie et l’Afrique du Sud. Nous y avons notamment discuté en plénière des enfants artistes, de la diversité, du numérique, du spectacle vivant, des coproductions et des sociétés de gestion de droits, un sujet qui aura permis à la présidente de l’Union de présenter Artisti.


Soutenue par Raymond Legault lors du Congrès de la FIA en 2012 à Toronto, la Charte de l’artiste a trouvé écho auprès des membres de la Fédération. Un groupe de travail a été formé afin de poursuivre le travail auprès de l’UNESCO1. « Cette Charte, appelée à devenir un document politique clé de la FIA, devrait servir à réengager le travail de l’UNESCO et de l’OIT2 sur la condition de l’artiste, afin que les recommandations revitalisées puissent devenir à terme un instrument international contraignant », peut-on lire dans le document remis lors du comité exécutif.


Nous avons aussi eu l’occasion de discuter des nouveaux modèles de production qui remettent en cause les relations de travail et le statut professionnel des artistes. La FIA est l’outil privilégié pour sensibiliser l’OIT aux pratiques émergentes, particulièrement à l’ère numérique. Parmi les principaux défis établis, mentionnons celui d’adapter notre approche syndicale et les services que nous offrons aux besoins de nos artistes entrepreneurs. Nous vivons bien dans un monde global!


Conférence mondiale sur le spectacle vivant

En 2015, la FIA organise une conférence mondiale sur le spectacle vivant à Dublin en Irlande. Des artistes, des représentants syndicaux et des spécialistes du monde entier seront au rendez-vous pour échanger sur les enjeux et les tendances actuelles dans le secteur du spectacle vivant. Une enquête pilotée par la FIA est en cours afin de fournir, en vue de la conférence, le portrait du secteur tel qu’il est aujourd’hui.


Déjà, nous savons que les conditions de travail, la santé et la sécurité, la rémunération, la raréfaction des subventions publiques et, bien sûr, le Web seront à l’ordre du jour de cet événement marquant. L’UDA y sera.
 


1. UNESCO : Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture.
2. OIT : Organisation internationale du travail. Il s’agit d’une agence des Nations Unies chargée des problématiques du monde du travail.

Rencontre annuelle de la FIA 2014

Les pays présents :

Afrique du Sud
Australie
Belgique
Brésil
Canada
Danemark
Espagne
France
Hongrie
Irlande
Japon
Maroc
Royaume-Uni
Russie
Suède
Suisse
Uruguay
USA

Pour consulter toutes les actualités