Vous êtes ici

Partager sur

Front commun du secteur de l’audiovisuel

7 Mai 2019

L’AQTIS, l’ARRQ et l’UDA interpellent l’AQPM pour discuter à une table commune


Les techniciens et techniciennes de l'AQTIS1, les réalisateurs et réalisatrices de l'ARRQ2 et les artistes de l'UDA3 avaient annoncé le 24 octobre dernier leur décision de former un front commun pour discuter avec l’AQPM4 des enjeux du secteur de l’audiovisuel à une table commune, et ce, dans un esprit constructif.

L’UDA rappelle que les membres présents à son assemblée sectorielle du 22 octobre 2018 lui ont donné un mandat clair pour notamment prendre part au front commun dans un esprit de solidarité et de cohésion, dans le but d’harmoniser nos revendications communes, et ainsi de mener avec plus d’efficacité les négociations de nos ententes collectives respectives.

Comme l’avaient déclaré les porte-parole des trois organisations l’automne dernier, « les membres de l’AQTIS, de l’ARRQ et de l’UDA partagent les mêmes réalités de travail et les mêmes objectifs, la même vision en matière de solutions à mettre en place. Parmi les enjeux de négociation que les trois organisations souhaitent discuter à la table commune, mentionnons la cadence de travail (délai de réception des textes, rythme effréné, durée de la journée de travail, etc.), le harcèlement et la santé et la sécurité au travail. »

Or, l’AQPM refuse catégoriquement de discuter de ces enjeux à la table commune, ce qui freine les négociations des ententes collectives respectives.

Bien que des négociations se déroulent toujours aux tables individuelles, nous insistons pour que l’AQPM prenne part aux discussions à la table commune. Les artistes et artisans membres des trois organisations travaillent ensemble sur les plateaux de tournage et ont tous et toutes le souci de faire évoluer la façon dont se font les tournages au Québec.

L’AQTIS, l’ARRQ et l’UDA invitent donc les représentants de l’AQPM à discuter avec eux des enjeux mentionnés précédemment à cette table commune.

Aussi, des représentants des trois associations visiteront les plateaux de tournage pour renseigner leurs membres de façon plus détaillée sur ces enjeux.

Nous vivons des changements profonds dans la façon de pratiquer notre art et le succès des négociations repose en partie sur la mobilisation des membres.

Nous vous tiendrons au courant des développements.

Dominic Pilon, président de l’AQTIS
Gabriel Pelletier, président de l’ARRQ
Sophie Prégent, présidente de l’UDA

À propos

  1. L'Alliance québécoise des techniciens et techniciennes de l'image et du son (AQTIS) est l'association reconnue pour représenter quelque 6 200 artisans pigistes de près de 150 métiers liés à la conception, la planification, la mise en place ou la réalisation d'une production audiovisuelle. Elle représente, défend et soutient leurs intérêts auprès des différents interlocuteurs, leur offre un filet social et négocie des ententes collectives précisant les conditions de travail qui doivent s'appliquer à eux.
    Site web : www.aqtis.qc.ca
     
  2. L'Association des réalisateurs et réalisatrices du Québec (ARRQ) regroupe plus de 700 réalisateurs et réalisatrices œuvrant principalement en langue française au Québec dans les domaines du cinéma, de la télévision et du web. Elle a notamment pour mandat de défendre les intérêts et les droits des réalisateurs\trices et les représente en toute occasion et dans tout dossier.
    Pour en savoir plus sur l'ARRQ : www.reals.quebec
     
  3. L'Union des artistes (UDA) est un syndicat professionnel représentant 13 333 artistes, dont 8 709 membres actifs et 4 624 stagiaires, regroupés au sein de quatre champs de pratique artistique : acteurs, chanteurs, animateurs et danseurs. Sa mission : défendre les intérêts sociaux, économiques et moraux de ses membres, qui sont pour la plupart des travailleurs autonomes. Au cœur de ses activités : négocier des conditions minimales de travail et de rémunération des artistes dans les secteurs de sa compétence et assurer le respect des ententes collectives.
    Site Web : https://uda.ca/
     
  4. L’Association québécoise de la production médiatique (AQPM) représente les entreprises de production indépendante en cinéma, en télévision et en Web. Elle compte parmi ses membres plus de 150 entreprises québécoises.