Vous êtes ici

Partager sur

Demande de réinvestissements majeurs en culture : l’UDA a été entendue

27 Mars 2018

Lors des plus récentes consultations portant sur le projet de politique culturelle, l’UDA demandait au gouvernement du Québec de consacrer chaque année au moins 2 % de la hausse annuelle de ses dépenses aux arts et à la culture. « Avec ce budget, pour cette année, le gouvernement répond oui à la demande de l’UDA de hausser durablement son financement direct aux arts et à la création », déclare Sophie Prégent, présidente de l’UDA.

En effet, la croissance de 77 millions de dollars pour le ministère de la Culture et des Communications représente 2 % de la croissance des dépenses totales des programmes pour 2018-2019, qui se chiffre à 3,8 milliards.1 « Le budget de la culture est en hausse cette année et il faut s’en réjouir. Mais l’UDA continuera à encourager le gouvernement à investir toujours davantage et de manière constante chaque année », a ajouté Mme Prégent.    

Des mesures très intéressantes aujourd’hui, mais l’UDA attend la Politique culturelle pour juger l’ensemble de l’œuvre

Le gouvernement annonce plus d’un demi-milliard pour mettre en œuvre la Politique culturelle qui sera annoncée prochainement. Les mesures visant les artistes ne seront connues qu’à ce moment et l’UDA suivra attentivement dévoilement par la ministre de la Culture et des Communications.

En attendant la Politique culturelle, l’UDA salue certaines des mesures annoncées dans le budget qui nous sont chères et pour lesquelles nous nous sommes mobilisés et avons fait de nombreuses représentations, comme le financement des sorties culturelles, la bonification du crédit d’impôt pour le doublage de films et l’augmentation des budgets destinés à la création, à la production et à la diffusion du CALQ et de la SODEC.

En effet, dans son budget, le gouvernement reconnaît expressément que les sorties scolaires représentent un complément essentiel à la formation des élèves dans le domaine culturel, puisqu’elles leur permettent de se rapprocher de la culture tout en apprenant. Un investissement additionnel de 35 millions de dollars sur 5 ans permettra de financer des sorties culturelles pour les élèves en service de garde en milieu scolaire. « L’UDA milite pour ces investissements depuis quelques années déjà et se réjouit que le gouvernement s’engage pour au moins cinq ans avec son financement », ajoute Sophie Prégent.

De même une bonification du crédit d’impôt pour le doublage de films impliquera un soutien additionnel de trois millions de dollars sur cinq ans. Les appels de l’UDA ont été entendus en ce qui concerne l’importance de soutenir l’industrie québécoise qui évolue dans un marché international de plus en plus concurrentiel et fait face à une multiplication des chaînes de télévision et des plateformes de diffusion.

Aussi, le gouvernement fait-il un premier pas en ajoutant 100 millions de dollars sur 5 ans aux budgets du CALQ et de la SODEC. Les artistes et les créateurs ont un grand besoin d’être appuyés lors de la création de leurs œuvres, en particulier au moment d’investir lors des phases de développement de leurs projets. Ce genre d’investissement apportera un peu d’air aux artistes à un moment critique de leur travail.

Taxer Netflix et les autres géants numériques : Québec ouvre la voie

Dans son budget, le ministre des Finances, Carlos Leitão, annonce son intention d’obliger les fournisseurs étrangers à percevoir la TVQ à compter du 1er janvier 2019. « Bravo! Le gouvernement du Québec répond à une demande de l’UDA et de ses partenaires pour corriger une iniquité fiscale dommageable pour la création culturelle d’ici ».

« Nous poursuivrons nos efforts auprès du gouvernement canadien et de la ministre du Patrimoine canadien et du ministre des Finances en particulier pour que le gouvernement du Canada suive l’exemple québécois et soit à l’écoute du consensus très large qui existe sur ce sujet au Québec comme au Canada », a conclu Sophie Prégent.

 

1. À la hausse de 4,278 milliards de dollars de dépenses des programmes entre 2017-2018 et 2018-2019, nous soustrayons la provision de 498,7 millions pour la mise en œuvre de la réforme du système de taxation scolaire du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur.