Vous êtes ici

Partager sur

Clinique de vaccination éphémère pour les membres de l'UDA et mise à jour des mesures sanitaires

18 Juin

Dans sa capsule, votre présidente, Sophie Prégent, présente l'état des lieux en matière de mesures sanitaires, de double vaccination et de la clinique de vaccination éphémère mise sur pied pour les membres de l'UDA, dont les coordonnées sont présentées plus bas.

 

Clinique éphémère AVEC RENDEZ-VOUS pour votre 2e dose

 

La Direction nationale de la santé publique met sur pied une clinique éphémère AVEC RENDEZ-VOUS pour les membres de l'UDA. La clinique réservera 400 vaccins exclusivement pour les membres de l'UDA qui voudront obtenir leur 2e dose.

Quand?

Les 26 et 27 juin, de 10 h à 17 h

Où?

Parc Laurier (délimité par les rues Laurier Est  / De Brébeuf  / Saint-Grégoire / De Mentana).

Clinique annulée en cas de pluie.

S'il n'y a plus de rendez-vous disponibles au moment où vous téléphonez, on vous dirigera vers l'une des 3 cliniques ci-dessous, à votre choix, pour prendre votre rendez-vous : 

  • Palais des congrès
  • Église Saint-Charles, quartier Pointe-Saint-Charles
  • CLSC de la Visitation

Comment prendre un rendez-vous?

Veuillez composer le le 514-362-7347 et mentionnez que vous êtes membre de l'UDA.

Prise de rendez-vous :

  • du lundi au vendredi, de 8 h à 20 h;
  • samedi et dimanche, de 8 h à 18 h.

Modalités de vaccination et exigences

Pour obtenir votre 2e dose, l'intervalle entre la 1re dose et la 2e dose doit être de 8 semaines.

Si vous avez eu votre  1re dose avant le 1er mai, vous pourrez vous prévaloir d'un rendez-vous pour votre 2e dose du vaccin le 26 ou le 27 juin.

Le vaccin disponible sera celui de Pfizer, mais il se peut que le vaccin de Moderna soit également disponible.

Attention : Veuillez noter que la vaccination mixte n'est pas proscrite et qu'il n'y a pas d'effets supplémentaires en utilisant deux vaccins différents.

Une clinique sans rendez-vous sera également disponible pour la population générale au parc Laurier. À cette clinique sans rendez-vous, les personnes qui en sont à leur 1re dose seront privilégiées.


 

Mise à jour des guides de normes sanitaires

Nous vous invitons à consulter ci-dessous les versions à jour du guide de normes sanitaires pour le secteur des arts de la scène et de celui du secteur de l'audiovisuel ainsi que l'avis juridique demandé par l'UDA pour le secteur de l'audiovisuel.

Mise à jour du Guide de normes sanitaires pour le secteur des arts de la scène, les salles de spectacle et les cinémas – COVID-19

La version révisée du guide pour le secteur des arts de la scène, les salles de spectacle et les cinémas  est maintenant disponible sur le site Web de la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) à l’adresse suivante : https://www.cnesst.gouv.qc.ca/sites/default/files/documents/dc100-2173-3-guide-arts.pdf

Mise à jour du Guide de normes sanitaires en milieu de travail pour la production audiovisuelle – COVID-19

La version révisée du guide pour les productions audiovisuelles est maintenant disponible sur le site Web de la CNESST à l’adresse suivante : https://www.cnesst.gouv.qc.ca/fr/organisation/documentation/formulaires-publications/guide-covid-19-production-audiovisuelle

Nous vous invitons également à consulter le site suivant pour connaître les nouvelles mesures qui s’appliquent à tous les travailleurs en fonction des paliers d’alerte : https://www.cnesst.gouv.qc.ca/fr/prevention-securite/coronavirus-covid-19/mesures-prevention-palier-alerte


Avis juridique demandé par l’Union des artistes (UDA) quant à l’application du Guide de normes sanitaires en milieu de travail pour la production audiovisuelle – COVID-19

 

1. Quelles sont les obligations légales de l’employeur et des travailleurs et travailleuses en matière de santé et de sécurité au travail?

Plusieurs lois encadrent et créent des obligations en matière de santé et sécurité, et ce, tant pour les employeurs que pour les travailleurs.

Pour sa part, l’employeur doit prendre toutes les mesures nécessaires pour s’assurer de fournir un milieu de travail sécuritaire, ce qui implique entre autres un engagement de sa part pour le respect et la mise en œuvre des mesures de prévention.

De son côté, le travailleur a non seulement l’obligation de prendre les mesures nécessaires pour protéger sa propre santé, mais a également l’obligation « de veiller à ne pas mettre en danger la santé, la sécurité ou l’intégrité physique des autres personnes qui se trouvent sur les lieux de travail ».

La collaboration entre l’employeur et le travailleur est donc primordiale pour répondre à ces obligations légales.

2. En quoi consiste le Guide de normes sanitaires en milieu de travail pour la production audiovisuelle – COVID-19?

Ce Guide figure parmi l’un des nombreux guides qui ont été élaborés par la Commission des normes, de l’équité, de la santé et sécurité du travail (CNESST) dans le cadre de la COVID-19 et de ses répercussions dans le monde du travail.

Comme son nom l’indique, ce Guide s’applique spécifiquement au secteur de la production audiovisuelle et vise la prise en charge de la santé et la sécurité du travail (SST) dans ces milieux de travail.

3. Quelle est la valeur juridique de ce Guide?

Ce Guide ne constitue pas une loi.

Par ailleurs, ce Guide ayant été élaboré par la CNESST, laquelle collabore avec la Direction de la santé publique depuis le tout début de la pandémie dans l’objectif de prévenir la propagation du virus et de protéger la santé et la sécurité des travailleurs, il est raisonnable de croire que son contenu a été étudié et analysé à la lumière des lois québécoises applicables avant d’être officiellement émis.

Dans un tel contexte, bien que ce Guide ne constitue pas une « loi », il n’en demeure pas moins que tout employeur assujetti à celui-ci doit s’y conformer.

D’ailleurs, le non-respect des règles édictées à l’intérieur de ce Guide peut mener à des interventions de la part de la CNESST et/ou de la Direction de la santé publique directement. Entre autres choses, des mesures correctives peuvent être exigées, des constats d’infraction peuvent être émis et la fermeture complète et totale d’un milieu de travail peut même être exigée

.4. Est-ce que le Guide et ses directives contreviennent à la Charte ou aux autres lois québécoises applicables?

La Charte ainsi que d’autres lois québécoises applicables assurent le respect de la vie privée d’un individu et accordent, dans le cadre du travail, une protection à l’encontre d’exigences ou de demandes à caractère discriminatoires (notamment en lien avec l’état de santé, par exemple).

Cependant, le droit à la vie privée, comme le droit de ne pas se voir imposer des exigences à caractère discriminatoire, ne bénéficient pas d’une protection absolue.

En effet, la Charte et les autres lois québécoises applicables permettent qu’on y déroge dans la mesure où l’on démontre que les exigences requises sont nécessaires dans les circonstances (et non simplement utile) pour rencontrer l’objectif visé.

Dans le présent cas, l’objectif visé par la CNESST par l’élaboration de son Guide est d’assurer la santé, la sécurité et la protection des artistes et d’éviter le plus possible la propagation du virus.

Or, les mesures et modalités énoncées au Guide sont-elles nécessaires, et non uniquement utiles, afin de rencontrer les objectifs de santé et de sécurité énoncés ci-dessus, en ce qui a trait notamment aux exigences liées à la vaccination?

À notre avis, elles le sont. Les règles y étant édictées sont logiques et rationnelles, tout en étant en lien avec les récents développements et statistiques liés à l’efficacité du vaccin. De plus, tel que mentionné précédemment, le Guide a été élaboré par la CNESST en collaboration avec la Direction de la santé publique, après plusieurs mois de travail et d’évaluation. Remettre en question leur travail dans l’abstrait serait à notre avis périlleux.

À titre d’exemple, permettre uniquement aux équipes de travail stables où tous les artistes sont vaccinés (une semaine après avoir reçu leurs deux (2) doses) d’avoir des contacts physiques (scène de lit, contact avec les parties du visage, donner des baisers) constitue à notre avis une exigence nécessaire afin de permettre d’atteindre les objectifs de santé et de sécurité poursuivis par la CNESST.

« En ce sens, le Guide ne contrevient donc pas à la Charte ni aux autres lois québécoises applicables et le respect du contenu du Guide devrait être prôné ».

5. Les producteurs ont-ils le droit de demander à un artiste s’il est vacciné?

Ayant préalablement établi que le Guide était à notre avis conforme à la Charte et aux autres lois québécoises applicables, et puisque ce Guide se doit d’être respecté par les producteurs qui y sont assujettis, nous sommes d’avis qu’un producteur pourra être justifié de demander à un artiste s’il est vacciné si, notamment, le rôle qu’il entend lui confier nécessite des contacts physiques entre individus.

Puisque nous sommes tout à fait conscients qu’il est fort probable que de tels contacts soient exigés, compte tenu de la nature du travail habituellement accompli par l’artiste, nous sommes d’avis qu’il est fort probable, sauf exceptions, qu’un producteur soit en droit de demander à un artiste s’il est vacciné.

6. Les producteurs ont-ils le droit d’exiger d’un artiste une preuve de cette vaccination?

À notre avis, en lien avec la question précédente et eu égard au contenu du Guide, nous sommes d’avis qu’un producteur pourrait exiger d’un artiste une preuve de sa vaccination et des dates où ce dernier a reçu sa ou ses dose(s).

Cependant, nous sommes d’avis qu’il ne serait pas nécessaire qu’une telle preuve soit conservée au dossier, par voie documentaire, de photo, de courriel ou autrement. La complétion d’un registre avec les informations communiquées par l’artiste suffirait dans les circonstances.


Des questions concernant la COVID-19 et vos engagements professionnels?

Pour toute question en lien avec la COVID-19 et vos engagements professionnels, veuillez communiquer avec l'équipe des relations du travail :

Secteur des arts de la scène

Secteur du cinéma et de la télévision