Vous êtes ici

Partager sur

Attribution de subventions aux acteurs : une bonne nouvelle du CALQ

21 Novembre 2017

À la suite de la diffusion dans l’infolettre du 13 novembre de la lettre ouverte de Claudia Ferri, membre de l'UDA, concernant les inégalités dans l'attribution de subventions aux acteurs, lettre intitulée Les acteurs œuvrant devant la caméra : oubliés dans la création des bons écosystèmes politiques, la présidente du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ), Anne-Marie Jean, nous apprenait le 14 novembre que la demande avait bel et bien été entendue. Elle a annoncé que les acteurs à la caméra étaient dorénavant inclus dans les catégories d'artistes admissibles à leurs programmes.

En effet, pour étendre l’admissibilité des acteurs et actrices au programme de bourses en Cinéma-vidéo, des changements ont été apportés dans les conditions d’admissibilité qui sont présentées dans le tableau suivant :

Anciens critères

Nouveaux critères

  • Avoir diffusé un corpus d'œuvres publiquement, dans des lieux ou dans un contexte reconnus par ses pairs. Ces œuvres doivent avoir été produites indépendamment de sa formation ou postérieurement à celle-ci.
  • Avoir participé à titre de concepteur, de réalisateur ou de scénariste à au moins une production indépendante.
  • Avoir participé à au moins une production indépendante de sa formation ou postérieure à celle-ci, diffusée dans un contexte reconnu par ses pairs.

Comme l’a mentionné Honorine Youmbissi, directrice des communications et de la promotion des arts et des lettres, « ces modifications s’appliquent aux volets suivants des bourses de la catégorie Relève et Développement : Recherche et création, Commandes d’œuvres et Perfectionnement. »

Ces changements font suite à la décision prise par le conseil d’administration du CALQ le 23 octobre 2017.

Claudia Ferri se réjouit de cette excellente nouvelle, elle qui s’inquiétait, dans sa lettre du 13 novembre, de ne pas avoir de nouvelles de l’organisme après plusieurs coups de fil, bien que la présidente du CALQ l’avait assurée du sérieux avec lequel le CALQ prenait cette demande et que le dossier était le prochain sur la table.