Vous êtes ici

Partager sur

Assemblée générale annuelle : mot de Sophie Prégent

29 Mai 2019

Le rapport annuel que nous vous présentons en cette période préestivale, soit tout juste six mois après le rapport annuel 2018 (pour la période du 1er juillet 2017 au 30 juin 2018) diffusé en novembre dernier, s’inscrit dans les nouveaux règlements généraux qui ont amené l’Union des artistes à déplacer la fin de son année financière du 30 juin au 31 décembre, afin de faire coïncider les années financières de l’UDA et de la Caisse de sécurité des artistes (CSA). Ce changement a pour effet de déplacer également la date de l’assemblée générale annuelle des membres de l’UDA de novembre à juin. Il s’agit de l’un des effets des nouveaux règlements généraux ratifiés lors de l’assemblée générale annuelle de novembre 2017.

Rappelons que les nouveaux règlements généraux sont issus de la révision des structures de gouvernance de l’UDA et de ses sociétés affiliées (CSA, Artisti et Fondation des artistes), gros chantier mené en 2015 et 2016 et qui a entraîné notamment des changements à la structure de la CSA.

Gain démocratique pour les membres

Pour vous, pour nous, ces changements se traduisent par un gain démocratique important : le conseil d’administration de l’UDA doit dorénavant déposer les états financiers audités de la CSA à l’assemblée générale annuelle de l’Union, alors que auparavant, aucun mécanisme ou disposition ne prévoyait la présentation systématique de ceux-ci aux membres. Cette obligation est d’ailleurs intégrée dans les nouveaux règlements généraux de l’UDA.

Comme l’Union est maintenant l’entité décisionnelle de la CSA, vous aurez droit chaque année, lors de l’assemblée générale annuelle, à une présentation des états financiers de la CSA, ce qui vous permettra de suivre sa santé financière.

Les modifications apportées à la gouvernance de la CSA se traduisent donc par une plus grande transparence. Je vous invite à lire le message de la trésorière, Tania Kontoyanni (en page 19 du rapport annuel), pour en apprendre plus sur les finances de l’Union des artistes. Comme il s’agit d’une année de transition, je vous présente les activités et les faits marquants couverts par le présent rapport, soit ceux des six derniers mois de 2018, soit du 1er juillet au 31 décembre.

Révision du programme d’assurance

À la suite des changements apportés au programme d’assurance au cours de la dernière année, le comité des assurances a eu le mandat de poursuivre les travaux sur la révision du programme d’assurance, c’est-à-dire d’évaluer différents scénarios afin de nous offrir un programme d’assurance à la hauteur de nos moyens, ce qu’ils ont fait activement depuis l’été 2018.

Souvenons-nous que, pour assurer la pérennité du programme d’assurance, nous avons été dans l’obligation entre autres de faire passer de 3 % à 4,5 % la part des contributions versées par les producteurs au programme d’assurance. Il a donc été décidé de déplacer 1,5 % des contributions versées par les producteurs au REER vers le programme d’assurance à partir du 1er mars 2018. Certaines de ces décisions vous ont inquiétés. Nous vous avons donc consultés, notamment lors d’une assemblée générale extraordinaire tenue le 16 avril 2018, afin d’agir et d’offrir, dans la mesure du possible, des options que vous nous avez suggérées. Parmi ces mesures figure le choix pour les membres de compenser ce transfert de 1,5 % du REER au programme d’assurance effectué tout au long de l’année, en déplaçant du Fonds COPAR (chèque de vacances) ce 1,5 % vers le REER. Cette mesure est d’ailleurs en vigueur pour le chèque de vacances 2019. Vous pourrez revoir votre choix chaque année, au mois d’avril.

Entretemps, quelques changements sont survenus au comité des assurances au cours des six derniers mois de l’année financière, notamment la nomination de Gabriel De Santis-Caron comme responsable du comité des assurances à la suite du départ de Gilles Payer et l’arrivée de Frédérik Zacharek au sein du comité, et plus récemment, l’arrivée de Stéphane Gagnon, nouvel administrateur élu en mars 2019. 

Les membres du comité travaillent d’arrache-pied pour trouver des solutions. Tout est remis en question au
programme d’assurance. Tout est matière à discussion, à évaluation. 

Bien sûr, nous vous tiendrons au courant des développements.

Sur le plan des relations du travail

À ces changements récents s’ajoute l’arrivée, en janvier 2019, de notre nouveau directeur général, Alexandre Curzi.

En ce qui a trait aux dossiers des relations du travail, je vous invite d’ailleurs à lire le message d’Alexandre, qui explique plus en détail ces dossiers, fort de son expertise et de son expérience dans le milieu syndical.

Je soulignerai seulement l’un des dossiers majeurs dans le secteur de l’audiovisuel, soit nos négociations avec l’Association québécoise de la production médiatique (AQPM) et le front commun que nous avons formé avec l’Alliance québécoise des techniciens et techniciennes de l’image et du son (AQTIS) et l’Association des réalisateurs et réalisatrices du Québec (ARRQ). Nous souhaitons, avec ce front commun, amener l’AQPM à discuter à une table commune des enjeux qui préoccupent les membres des trois associations. Notre but est d’harmoniser nos revendications communes, et ainsi de mener avec plus d’efficacité les négociations de nos ententes collectives respectives.

Dossier à suivre…

Sur le front politique

Au cours des derniers mois, nous avons poursuivi nos représentations politiques auprès du gouvernement provincial en ce qui a trait à la mise en œuvre de la Politique culturelle du Québec, notamment la révision annoncée publiquement de la Loi sur le statut de l’artiste. Nous avons préparé un argumentaire portant sur la position de l’UDA et les irritants majeurs quant aux dispositions de la loi qui doivent être modifiées. Il s’agit pour nous d’un dossier prioritaire en 2019.

Accessibilité au travail

Autre dossier sur lequel nous avons travaillé très fort est l’accessibilité au travail.

Avant et après les élections provinciales du 1er octobre 2018, nous avons fait des représentations politiques auprès du gouvernement afin de mettre sur pied un projet de coopérative d’accès au travail pour favoriser l’accès aux rôles en accroissant le nombre d’auditions.

Nous avons eu des discussions avec la nouvelle ministre de la Culture et des Communications, madame Nathalie Roy, et des membres de son cabinet à ce sujet.

Ce projet de coopérative s’inscrit dans les démarches que nous avons entreprises au cours des dernières années dans le dossier de l’accessibilité au travail.

Nous poursuivons également nos représentations avec le comité pour la promotion de la richesse de la mosaïque culturelle et artistique du membership de l’UDA, pour favoriser une meilleure accessibilité au travail des artistes de la diversité et des artistes autochtones. 

Le dossier de l’accessibilité au travail est un dossier prioritaire pour l’Union en 2019. 

Sur le plan fédéral, en plus de la réforme de la Loi sur le droit d’auteur, nous avons suivi de près l’examen de la
législation en matière de radiodiffusion et de télécommunications. Nous avons d’ailleurs préparé un mémoire à cet
effet à la fin de 2018 et l’avons déposé en janvier 2019 devant un groupe d’experts (commission Yale).

Nous suivrons de près ces dossiers, d’autant plus qu’il y aura des élections fédérales cette année.

Une nouvelle année marquée au sceau de la nouveauté

L’année 2019 est assurément marquée au sceau de la nouveauté à l’UDA. Certains administrateurs ayant quitté le CA, d’autres les ont remplacés à la suite des élections, dont le résultat était dévoilé à l’assemblée générale constitutionnelle le 25 mars 2019. Ainsi, le CA et le comité de direction comptent de nouveaux joueurs.

Je profite de l’occasion pour remercier le personnel et les membres du CA qui ont travaillé consciencieusement au cours de la dernière année financière couverte par le présent rapport, avec un merci particulier aux administrateurs sortants pour leur collaboration indéfectible. Toutes et tous se sont impliqués activement dans la vie syndicale et ont contribué aux réalisations de l’Union.

Ces changements insufflent une nouvelle énergie à l’UDA qui poursuivra ses travaux avec détermination. 

Votre présidente,
Sophie Prégent


Pour consulter tous les mots de la présidence