Vous êtes ici

Partager sur

Louis-George Girard: 25 ans, tout un bail!

1 Mars 2013

Raymond Legault
Mars 2013
Président de l'UDA et deuxième vice-président de la CSA

Le 12 novembre 2012, Louis-Georges a démissionné de la présidence de la CSA et de son poste d’administrateur à l’Union des artistes.

25 ans au service de ses camarades, ce n’est pas rien.

D’abord élu au conseil d’administration de l’Union des artistes (UDA) par les membres de Québec en 1988, c’est en 1991, après avoir déménagé à Montréal, qu’il y a été réélu.

Il a assumé les responsabilités de secrétaire général de février 1992 à mai 1994. Concurremment et par la suite, Louis-Georges s’est engagé dans plusieurs comités : code d’éthique agents d’artistes (1993), comités de négociation de l’APFTQ, de l’ONF et de l’ADISQ (1995), étude des critères d’attribution des prix Gémeaux – interprétation et animation (1996), comité permanent d’éthique (1996 à 2012) duquel il sera le responsable de 2003 à 2007. Il a aussi participé à la réforme des statuts et règlements en 2002-2003, ayant siégé au comité permanent du secrétariat général – statuts et règlements de 2000 à 2012. S’ajoute aussi sa participation au comité élargi du doublage (2004) et au comité de réflexion sur les contrats civils (2005).

Louis-Georges a généreusement accepté de représenter l’Union des artistes dans différentes délégations : à l’Institut québécois du cinéma (1991 à 1995), à l’Académie canadienne du cinéma et de la télévision (1993 à 2004), à la révision des statuts et règlements de l’Académie (1993), puis, finalement, au Conseil national du cinéma et de la production télévisuelle (2002 à 2009).

Président de la Caisse de sécurité des artistes

Il devient administrateur de la Caisse de sécurité des artistes (CSA) en juin 2003 ; secrétaire de 2003 à 2007 ; il en est élu président le 27 juillet 2007.

C’est sous sa présidence que la CSA a procédé à plusieurs changements importants.

Pensons au transfert de Fiducie Desjardins à Industrielle Alliance qui a permis d’abaisser de moitié les frais de gestion des Fonds CSA, une économie annuelle d’un demi-million de dollars, autant d’argent de plus dans les REER des membres.

La bonification de la couverture d’assurance, la création du nouveau Fonds CSA dividendes et la diminution des frais de gestion de la CSA de 0,5 %, environ 600 000 $ de plus annuellement dans les REER des membres, sont autant de bons choix que Louis-Georges et la CSA auront su faire pour le plus grand intérêt des membres de l’UDA.

Louis-Georges a lui-même résumé très bien ces 25 années.

« Au fil des nombreuses années où j’ai siégé au conseil d’administration, j’ai eu la chance d’être témoin de l’idéation, de la mise en œuvre et de la réalisation de plusieurs projets d’envergure. Je ne peux que garder un excellent souvenir du travail colossal, tant des élus que de notre personnel administratif qui a façonné avec le temps l’Union que nous connaissons aujourd’hui. Une association comme la nôtre est essentielle, non seulement pour les artistes, mais aussi pour la société dans son ensemble. Je quitte avec le sentiment d’avoir parfois été utile, mais surtout disponible, à mettre l’épaule à la roue pour tenter d’aider mon Union ».

Merci Louis-Georges!


Pour consulter tous les mots de la présidence