Vous êtes ici

Partager sur

L’avenir du réseau des conservatoires régionaux de musique : l’UDA demande une concertation

26 Septembre 2014

L’Union des artistes s’inquiète des rumeurs concernant l’avenir des conservatoires de musique en région et demande à la ministre de la Culture et des Communications, Madame Hélène David, de trouver rapidement des solutions afin de préserver ces institutions vitales pour les cinq régions visées, soit Gatineau, Val-d’Or, Trois-Rivières, Rimouski et Saguenay.
 
Des voix se sont élevées un peu partout au cours des derniers jours afin de souligner l’importance des conservatoires de musique régionaux tant sur le plan de l’accessibilité à une formation d’une qualité exceptionnelle pour les jeunes musiciens que sur le plan du rayonnement que procurent les nombreux artistes ayant fréquenté ces institutions d’enseignement.
 
L’UDA et sa présidente Sophie Prégent ont été soulagées de lire les déclarations de la ministre, selon lesquelles la fermeture de ces conservatoires n’est pas envisagée.
 
La fermeture des conservatoires serait une catastrophe pour la qualité de vie dans ces régions et se traduirait notamment par des pertes d’emplois directs et indirects (professeurs, orchestres symphoniques locaux, etc.).
 
Sophie Prégent rappelle que les conservatoires ont été à l'origine de plusieurs carrières artistiques. « Fermer ces institutions hypothéquerait l'avenir de nombreux talents en devenir et limiterait l'accès à la culture. Les conservatoires sont aussi une façon de maintenir le savoir en région pour que l'art s'y enseigne, qu'il s'exporte, mais aussi qu'il y demeure de génération en génération. »

En effet, on n’a qu’à penser aux jeunes musiciens et chanteurs lyriques qui se verraient obligés, dans le cas d’une fermeture, d’aller suivre leur formation hors de leur région, créant ainsi un exode d’artistes vers les grands centres. Autre conséquence, en l’absence de telles institutions, le Québec risque dans l’avenir de se voir privé de jeunes talentueux qui décideraient de ne pas poursuivre leur formation musicale.
 
« Ce que nous demandons au gouvernement du Québec, déclare Sophie Prégent, c’est d’être cohérent avec ce qu’il a dit lors de la campagne électorale, à savoir que l’économie et la vitalité des régions étaient l’une de ses priorités. Il doit donc favoriser la concertation des intervenants des milieux socioéconomiques, culturels et politiques de chacune des régions où sont situés les conservatoires et travailler de concert afin de trouver des solutions créatives. Car de la créativité, le Québec n’en manque pas. »


Pour consulter tous les communiqués