Vous êtes ici

Partager sur

État des négociations dans le secteur des annonces publicitaires

31 Mai 2017

Du jamais vu… à tous points de vue!

Dans le cadre des difficiles négociations qui durent depuis dix-huit mois, les producteurs membres de l’APC (Association des producteurs conjoints, i.e. agences de publicité et annonceurs) s’attaquent comme jamais auparavant aux conditions de travail et de rémunération des membres de l’UDA : réduction de plusieurs éléments tarifaires, affaiblissement de dispositions liées à l’atelier fermé (réservé aux membres actifs de l’UDA), utilisation de banques d’images, etc. En contrepartie d’une famélique majoration des tarifs de 1,5 % par année : du jamais vu!

Devant la menace, l’UDA a convoqué ses membres en assemblée sectorielle le 15 mai dernier afin de leur rentre compte de la situation et de ses dangers. Ils ont été plus de 210 à y participer : du jamais vu dans l’histoire de nos assemblées!

Après avoir pris connaissance de la gravité des enjeux, les membres ont entériné le plan de mobilisation qui leur a été présenté et ont autorisé l’UDA à exercer des moyens de pression pour que les négociations aboutissent à un résultat satisfaisant, c’est-à-dire respectueux des acquis et des conditions de travail existantes, à tout le moins. Le mandat est on ne peut plus clair : il a été voté à l’unanimité, sans même une abstention : pour une assemblée aussi nombreuse, du jamais vu!

Le 30 mai, l’UDA a rencontré les représentants de l’APC pour leur signifier le rejet de plusieurs de leurs demandes et pour procéder au dépôt de contre-propositions pour les dispositions toujours en discussion, ainsi que pour leur faire part très clairement de la détermination des artistes à se défendre, et de la teneur du mandat qu’ils lui ont confié. Le temps presse. L’UDA a donné à l’APC jusqu’au 12 juin pour répondre à sa proposition de règlement global. Si cette réponse est incomplète ou insatisfaisante à ses yeux, l’UDA pourrait recourir dès lors aux moyens de pression qu’elle jugera appropriés.

Pour l’instant…

Il importe de se rappeler que pour l’instant, nous sommes toujours en négociation, et qui plus est, avec l’intervention d’un médiateur (à la demande de l’UDA). Le travail continue comme à l’habitude, vous ne faites rien de différent et vous ne devez prendre aucune initiative personnelle.

Si des moyens de pression sont envisagés, les représentants de l’UDA interviendront de façon à éviter de vous placer en situation de conflit personnel avec vos employeurs habituels.

Attendez les directives officielles de l’UDA. Nous vous tiendrons informés des développements.

Pour plus d'information, veuillez communiquer avec Luc Béchard, conseiller aux relations du travail, à l'adresse lbechard@uda.ca.