Vous êtes ici

Partager sur

Cinéma et télévision à Québec : un climat de confiance à développer

8 Décembre 2015

L’année 2015 a vu la naissance de la Table de concertation de l’industrie cinématographique et télévisuelle de Québec. Cette Table est présidée par Nancy Florence Savard, directrice de Productions 10e AVE, et regroupe les différentes composantes des secteurs télévision et cinéma (producteurs, directeurs de festival, artistes pigistes et associations d’artistes).


L’objectif général de la Table est d’augmenter le volume de production dans la région de Québec. Déjà ce regroupement a permis à bien des gens de se connaître et de réaliser la richesse des pratiques qui ont cours ici. Amener tout ce monde à parler d’une même voix, augmenter l’influence de la région auprès des organismes subventionneurs, développer des stratégies de coopération, voilà quelques objectifs du programme ambitieux que les membres de la Table se sont donnés.

Le comité de direction de l’Union des artistes m’a délégué comme membre du nouveau regroupement. Il va de soi que ma première préoccupation est de rappeler l’existence des ententes collectives qui lient l’UDA à l’ensemble de la production. Il m’apparaît aussi que la Table peut devenir un lieu d’apprivoisement entre les producteurs, dont beaucoup ont de petits moyens, et notre association.

On ne se le cachera pas, il y a beaucoup de préjugés à l’égard de l’UDA. Nous sommes trop souvent perçus comme un obstacle à la création artisanale. Il nous revient d’informer l’ensemble des créateurs de la souplesse de nos règles et de notre capacité à nous adapter à la diversité et au caractère atypique de la production régionale, tout en faisant valoir le nécessaire respect de la valeur du travail de l’artiste.

La présence de l’UDA à la Table de concertation donne des résultats. Déjà cet automne, quelques producteurs nous ont contactés pour une présentation de leur projet respectif. Dans chaque cas, il s’agissait de productions avec un financement public restreint. Nous avons analysé soigneusement chaque projet, et en utilisant les dispositions de l’entente de production artisanale, nous avons fait en sorte que toutes ces productions se réalisent en respectant la juridiction de l’UDA et que chaque artiste que nous représentons signe des contrats en bonne et due forme.

Un climat de plus grande confiance est en train de se consolider entre l’UDA et les producteurs médiatiques de la région de Québec. Voilà une bonne nouvelle pour nos membres et l’ensemble du milieu.