Vous êtes ici

Partager sur

Danse

For the English versionclick here 

Nouvelle entente collective pour 4 compagnies

La négociation dans le secteur de la danse comporte une particularité par rapport à celle d’autres secteurs sous la juridiction de l’Union des artistes, car les compagnies de danse ne sont pas représentées aux fins de la négociation des ententes collectives par une association de producteurs. Cette particularité signifie que l’on négocie une entente collective par compagnie plutôt qu’une entente collective pour l’ensemble du milieu de la danse.

En 2011, quatre compagnies ont demandé à l’UDA de renouveler leur entente collective respective à la même table de négociation, soit Sylvain Émard danse, Compagnie Flak, Daniel Léveillé, nouvelle danse, et Carré des Lombes.

Lors d’une assemblée sectorielle, les danseurs ont accepté cette proposition avec enthousiasme, car elle leur permettait de normaliser des conditions de travail et de rémunération dans le secteur de la danse. Un comité de danseurs représentatifs de ces quatre compagnies a été formé :

  • Nathalie Blanchet
  • Mathieu Campeau
  • Pierre-Marc Ouellette
  • Lauren Semeschuk

Le travail de fusion des 4 ententes collectives en une seule a été ardu et difficile. Il faut saluer le travail du comité des danseurs lors de cette négociation, car nous devions composer avec plusieurs contraintes :

  • Le fait d’avoir 4 porte-parole à la table de négociation du côté des compagnies;
  • les enjeux des danseurs;
  • les enjeux des compagnies;
  • la volonté de part et d’autre de « prendre le meilleur » de chacune des ententes collectives;
  • l’engagement des danseurs à protéger les acquis.

Or, le meilleur pour les compagnies n’était pas toujours réconciliable avec ce que les danseurs considéraient être le meilleur pour eux. Des discussions corsées ont eu lieu entre les parties tout au long des négociations pour défendre les enjeux de relations de travail.

La nomination d’un médiateur au printemps 2014 a constitué un tournant positif dans la négociation. En effet, le médiateur a été d’une très grande aide. Il a servi de locomotive pour les parties.

Nous avons regroupé par thèmes ou enjeux les dispositions des quatre ententes aux fins de négociation :  

  • Reprise
  • Divers (préambule, parrainage et représentant)
  • Santé et sécurité
  • Engagement
  • Grief et dispositions finales
  • Droit à l’image
  • Tournée, visa, assurance et transport
  • Danseurs résidents à plus de 100 km de Montréal
  • Rémunération, incluant les frais de séjour

Après une année de négociation sous l’œil vigilant du médiateur, et la grande intelligence et générosité des danseurs, nous en sommes arrivés à une entente de principe sur chacun des thèmes mentionnés précédemment. Des choix difficiles ont dû être faits, mais ils l’ont toujours été dans le respect du mandat qui nous avait été confié. Je vous invite à prendre connaissance du résultat de notre travail en cliquant sur l’une ou autre des 4 compagnies de danse.  

Cette entente de principe a été entérinée en juin dernier par l’assemblée sectorielle des danseurs. Cette entente sera valide pour 5 années. Elle est en vigueur depuis le 1er septembre et le sera jusqu’au 31 août 2020.

Les compagnies Sylvain Émard danse; Flak; Daniel Léveillé, nouvelle danse; et Le Carré des Lombes sont venues signer à tour de rôle au cours du mois de septembre. Par contre, une séance de signature plus formelle s’est tenue au début du mois d’octobre en présence des représentants de la Compagnie Flak, soit José Navas, directeur artistique et chorégraphe, et Maxime Pontbriand, directeur administratif et de production, et des représentants de l’UDA, soit Sophie Prégent, présidente, et Marie-Claude Arpin, secrétaire générale.